Fragments...

Sang cible




J'ai effleuré d'une main les raffuts du ciel

Le soleil était franc et entouré d'étoiles

Les nuages et la pluie jalouse, de leur fiel

Ont versé toutes leurs armes matriarcales


Quelques sirènes aux ombres qui raffolent

Pointer du doigt via leur sirop électrique

Tels des nombrils qui chient dans la colle

Ont lustré le vulgaire de leurs chants acnéiques


Le soleil s'est penché pour dissiper les nuages

J'ai ôté ma main de cette morgue névrotique

Des mille feuilles d'orgueil saupoudré d'arsenic

S'inversaient au confort de chacun son avantage


Ma main s'est éclipsée des souillures élégantes

Les confettis de couleurs et les porte épines

Puent tel un horizon marbré de pédantes

Dont la morale pêche à donner bonne mine


Lorsque le doigt montre la lune

L'imbécile regarde le doigt, dit on …

Mais le doigt n'est pas la lune

Et l'imbécile ne se voit pas...


Seuls les souffles empruntés de cops innées

Ont perdu dans cette aventure bien salée

Le temps ne maquille pas indéfiniment

La patauge crapuleuse qui suce du sang!

*





17/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres