Fragments...

Rimbaud m'a dit de Primanocte

Rimbaud m'a dit « tu sais, mes grolles sont fati-
Guées. ». j'ai pu comprendre sur l'instant ce senti-
Ment de lassitude et de découragement
A parcourir le monde en clochard véhément.

Clip, clap, fait la pluie sur nos vêtements insa-
Lubres, dépenaillés, ombres insaisissa-
bles. M'aurait-il demandé de le suivre ou de
Le poursuivre au-delà de ses chemins immondes,

Qu'il aimait à parcourir inlassablement,
En quête d'un devenir éprit de tourments ?
Je crois, oui, un peu de route ensemble m'aurait
Donné plus d'assurance et de dégoût sans vrai-

Ment perdre mon âme et l'envie de cracher au
Visage de cette putain qui nous met au
Défit de trouver l'issue de nos vies exé-
Crables qui recherchent le pourquoi de l'excès

Pour lequel nous vivons… jamais la paix ne sera…
Arthur, grâce à toi, l'aventure saisira
Ceux qui sont restés dans l'ombre et le dédain d'une
Réflexion exiguë partagée par la lune !!!



26/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres